Quand Saint Bernard passait près du Limousin.

Un article paru dans le bulletin de la S.A.H de la Charente (1865 - p 435) écrit par l'abbé Arbellot, curé-archiprêtre de Rochechouart au milieu du XIXe siècle, m'avait intrigué. Il écrivait : "Un fait historique qui n'a pas été jusqu'ici, que nous sachions, signalé par les historiographes de l'Angoumois, c'est le passage de saint Bernard dans cette province. Ce fait est d'autant plus digne d'être tiré de l'oubli, que le saint abbé de Clairvaux a passé par là, comme partout ailleurs en opérant des miracles".

Un article paru dans le bulletin de la S.A.H de la Charente (1865 - p 435) écrit par l'abbé Arbellot, curé-archiprêtre de Rochechouart au milieu du XIXe siècle, m'avait intrigué. Il écrivait : "Un fait historique qui n'a pas été jusqu'ici, que nous sachions, signalé par les historiographes de l'Angoumois, c'est le passage de saint Bernard dans cette province. Ce fait est d'autant plus digne d'être tiré de l'oubli, que le saint abbé de Clairvaux a passé par là, comme partout ailleurs en opérant des miracles".

pignon Ouest
le cloître

Un de ses compagnons de voyage nous a fait le récit du miracle suivant :

"Dans le pays d'Angoumois et dans un lieu appelé Châtelar après l'oblation de la victime sainte, en présence des vénérables évêques Lambert d'Angoulême et de Gérald de Limoges, un enfant boiteux et manchot de naissance fut présenté au serviteur de Dieu. Et lui, après avoir fait le signe de la croix sur tous les membres, les toucha, et guérit aussitôt cet enfant". Plus loin l'auteur se pose la question : "Quel est ce Châtelard en Angoumois où saint Bernard a offert le saint Sacrifice, et où était présent ces deux évêques ? Évidemment il ne peut s'agir que d'un Châtelard voisin du Limousin. Il doit s'agir de Chatelar-la-Rivière, aujourd'hui sur la commune de Cherves, canton de Montembeuf (Charente)".

L'église du Châtelars était celle d'un prieuré conventuel dépendant de St Martial de Limoges placé sous la règle Clunisienne, dont la nef très ancienne date des premières années du XIe siècle.

La lecture de la carte IGN en donnait l'emplacement en indiquant : prieuré ruiné. Il ne m'en fallait pas plus pour aiguiser ma curiosité. Dans le livre de Jean Georges sur les églises de Charente des indications complémentaires m'était donné : Église Sainte-Marie-Madeleine de Chatelars - Ancien prieuré de l'ordre de St Martial placé sous la règle Clunisienne . Cette église fut saccagée par les protestants, qui détruisirent sa partie orientale et la voûte de sa nef. Elle était du dernier tiers du XIe siècle, voûtée d'un berceau, à quatre doubleaux portés par des colonnes sur dosserets, ceux-ci recevant les arcades des murs latéraux. Les travées, sauf celle de l'Ouest, étaient éclairées par deux fenêtres. La façade est divisée, verticalement, par quatre contreforts, arrêtés sous une corniche à modillon portant le pignon. A hauteur des pilastres, des contreforts consolident les murs latéraux. Dans le troisième quart du XIIe siècle une travée nouvelle avec cage d'escalier, un transept et probablement une abside furent construits. A noter que les six chapiteaux du transept ont été classés par les M.H, (arrêté du 7 juin 1923).

Si vous passez par là, n'hésitez pas à venir au Châtelard, comme saint Bernard.

 

webmestre : Michel FOUGERAT

retour vers autres ordres

retour page accueil