Charniac (Corrèze)

Localisation :
Cette celle se trouvait sur le territoire de la commune de Louignac, canton d’Ayen.
A 3 km au sud-est de Louignac, sur la rive gauche de l’Elle, presque à la limite de la Dordogne.


Intérêt :
Néant.


Vestiges :
Une grange au sud de la cour conserve peut-être un pan de mur du chevet de l’église. Dans le mur d’une porcherie une clef de voûte en réemploi. On peut observer de nombreux éléments lapidaires (clef de voûte, linteau sculpté, colonnes, chapiteaux, et fûts de pilier).

Histoire :
La date de fondation est inconnue. La dédicace de son église avait été faite à St Loup , évêque de Limoges (fête le 22 Mai). En 1295 il y restait trois religieux. La celle de Charniac fut unie en 1317 à la Faye de Jumilhac. J.B Poulbrière écrit :
Elle tenait, une belle maison avec domaine, forêt, le tout valant annuellement au Prieur 80 livres de rente”.
Les détenteurs de ce bénéfice furent :
au milieu du XVIème s. : Louis de Genouillac de Vaillac.
- en 1561, François de Pompadour, qui devenu évêque de Tulle, lui succéda le frère du premier, Flottard de Genouillac de Vaillac.
- en 1584 : François de Royère.
- en 1618 : Jean Blondel, car le 27 août 1619, un appel est interjeté par Me Antoine de la Tour pourvu du prieuré de Chargnac par la mort de Jean Blondel, en date de Rome quinto decimo calendar apulis anno sexto
Le 15 juin 1624, à Limoges, Jehan de Bernard en demande le bénéfice :
« A Limoges, le 15e jour du mis de juin ml six cent vingt et quatre, personnellement Maître Jehan de Bernard, prêtre qui a insinué la signature de réservation de pension qu’il a fait sur le prieuré de Chargniac, dont la teneur s’ensuit
l’acte en latin suit.
Puis le 26 février 1640, Dom Charles Leleu reçoit Chargnac en bénéfice.
L’union du prieuré de Charniac à celui de la Faye de Jumilhac fut pris par le grand Conseil du Roi du 26 février 1642, et confirmé le 26 février 1643 , par Albert Barny, prêtre, religieux profès prieur de la Faye de Jumilhac.
Le 27 Mai 1645 une pièce de procédure est dressée entre Claude Leleu, bourgeois de Paris, héritier de Charles Leleu, prieur de Chargnac, et le prieur de la Faye de Jumilhac, Albert Barny, prêtre, religieux profès de l’Ordre de Grandmont, au sujet d’une somme qui lui est due.
Ce sont désormais les prieurs de la Faye qui seront les administrateurs de Chargnac.
- en 1650 : Albert Barny.
En 1682, Dom Joseph Boboul ne voulut pas s’y retirer et laissa tout le bénéfice de la Faye et de ses annexes à la communauté, afin de faire célébrer l’office divin avec plus de décence . Dom Joseph Boboul habite Grandmont car le 23 fevrier 1662 il passe un contrat de vente de bois pour l’annexe d’Epagne. Il fut remplacé en 1672 par son neveu André Boboul. C’est lui qui fit reconstruire l’église de l’annexe de Charniac, une conventualité y existant peut-être ou plutot afin de célébrer les messes de fondation.
- en 1694 lui succedera comme prieur André Laborie.
puis en 1705 : Jean de Tournemire.
- puis Dom Salot de la Tourniol,
Avant 1744, le prieur de la Faye et de Charniac était Raymond Garat, avant qu’il ne soit élu comme 26ème abbé de l’Ordre.
- de 1772 à 1783 : Pierre de Brie, vicaire général d’Arles, fut prieur commendataire, et ses exigences furent très mal accueilli par la communauté de la Faye.

retour page d'accueil