Fontguedon (Cher)

Elle se trouve sur la commune de Thaumiers (Cher), sur la route du Pondy.

Vestiges :
Les murs de la nef subsistent jusqu'à la hauteur de la base de la lancette Ouest, soit environ trois mètres de hauteur.
La porte des fidèles, à simple voussure en arc brisé avec tore, est relativement étroite. L'abside a été démolie et la nef est fermée par un mur plat. Cette église sert actuellement d'étable.
Le bâtiment Ouest (ancien cellier ou logis des hôtes) est en bon état extérieurement, mais pour son usage agricole, toutes les dispositions intérieures ont été détruites. A remarquer les fenêtres de l'étage très ébrasées sont de forme rectangulaire à l'intérieur.
Histoire:
La celle de Fontguedon semble avoir été fondée en l'an 1200 , vraisemblablement par Ebbes l'Ancien, puissant seigneur de Charenton-sur-Cher. Il fut,en tous les cas le premier connu à faire des dons aux moines de Fontguedon. En outre, Mathilde, dame de Charenton-sur-Cher, épouse de Renaud de MONTFAUCON, leur légua en 1243 vingt sous de rente annuelle .
Lors du recensement de 1295, la celle de Fontguedon hébergeait six clercs. En 1317, elle fut unie au prieuré de la Faye de Nevers et sa conventualité fut supprimée. Devenue simple domaine agricole, la maison de Fontguedon eut tout de même un administrateur désigné; en effet, lors d'un chapitre à la Faye de Nevers le 9 février 1555, on parle de François BERTHIER comme administrateur de Fontguedon .
Le 20 juillet 1575, Jean LORDERAU, le prieur de la Faye de Nevers qui habite Bourges, loue la Faye et ses annexes à l'un de ses religieux, sauf Fontguedon qu'il se réserve .
Le 24 août 1767, Dom Benoît LEJAY, prieur claustral de Notre Dame de la Faye, Dom Joseph PEYRONNET, procureur-syndic, se "faisant fort" pour Dom François NICOT, leur vicaire général, donnent "à ferme à prix d'argent" pour neuf ans, à Gabriel SAUTEROT, marchand drapier à Lamotte-Lattigny, devant Maître Char-les FREBAULT, notaire royal à St Sulpice (Nièvre) le "lieu de Fontguedon, prieuré annexe audit prieuré de la Faye, paroisse de Thaumiers, et tout ce qui en dépend, à la réserve des bois" .
On retrouve également un inventaire non daté de Fontguedon, sans doute postérieur à 1731:
Les lieux et bois de Fontguedon et circuit dyceluy contient une petite lieu françoize de tour, partie en bois de futaye, partie charmes , partie buisson , dans le milieu duquel circuit est l'églize et autres batimens, domaine, cour, en espace, le tout 3 boisselées".
Cet inventaire avait dû être joint soit au bail de 1767, soit à celui du 25 mai 1760, passé devant Maître BUGEON, notaire royal à Aunay-en-Bazois (Nièvre) .
Le 8 août 1784, les biens de Fontguedon sont affermés à un certain MECHIN, pour 800 livres par an, bail reçu par Maître BRIGNON, notaire à Bannangon .
Les biens de la Faye de Nevers ayant été unis à la mense épiscopale de Nevers en 1770, c'est dans le compte rendu des revenus du Chapitre de St Cyr de Nevers que nous avons retrouvé les comptes de Fontguedon jusqu'à la Révolution.
Fontguedon fut vendue le 18 octobre 1793, comme bien de première origine; on retrouve d'ailleurs le procès verbal suivant:
"Il reste encore de ses installations anciennes deux corps de logis. L'église, convertie en étable à boeufs, a perdu son abside ronde, mais gardé plusieurs contreforts et deux portes à cintre aigu, encadrées d'un tore sans chapiteau. L'autre bâtiment est au sud de l'église avec laquelle il forme équerre. Les fenêtres du haut sont étroites et à plein cintre; celles du bas, ogivales. Deux portes à cintre surbaissé ouvraient sur l'ancien cloître qui a entièrement disparu" .
Fontguedon fut longtemps la propriété de la famille du colonel de BONNEVAL, et depuis peu la ferme a été reprise par les exploitants agricoles, M et Mme Pierre NERON.

Pour de plus amples renseignements consulter les "Cahiers Grandmontains" n° 3.

Le bâtiment Ouest

retour liste prieurés grandmontains

retour accueil