En Aveyron près de Millau

Comberoumal (celle n°4) 

Le plus beau prieuré de l'Ordre subsistant :

Comberoumal (commune de Saint-Beauzély)

 

Situé en contrebas du plateau du Levezou, ce prieuré domine St Beauzély.

Fondé par les comtes de Rodez dans la seconde moitié du XIIème siècle, les bâtiments conventuels Est et Ouest ainsi que la chapelle ont été admirablement restaurés par les propriétaires actuels. Le bâtiment Sud garde quelques traces d'ancienneté et sert comme habitation aux propriétaires. La pierre de construction, grès fin, donne à l'ensemble une qualité de construction rare.

Chevet de l'église et bâtiment Est

L'église.

L'église, voûtée, possède une abside en cul-de-four et un chevet à pans coupés avec colonnes engagées. Elle est éclairée par un triplet à hautes fenêtres très ébrasées. La nef couverte par une voûte en berceau brisé est aveugle, comme dans toutes les églises grandmontaines. Une haute lancette a été percée sur le pignon Ouest. La porte des fidèles est à trois voussures en arc brisé dont deux reposent sur des colonnettes surmontées chacune d'un chapiteau d'angle décoré de feuilles d'eau.

l'église

intérieur église

entrée salle capitulaire

L'entrée de la salle capitulaire

Le bâtiment Est

Le bâtiment Est abrite au rez-de-chaussée le passage voûté allant au cimetière, une salle capitulaire de plan carré, voûtée en croisées d'arcs à grosse nervure, sans pilier central, s'ouvrant sur la cour du cloître par trois baies à colonnettes. La salle des convers ou cellier, possède deux travées (sur trois d'origine) identiques à celles de la salle capitulaire.
L'étage est occupé par l'ancien dortoir éclairé à l'Est par 13 étroites fenêtres, à larges embrasures intérieures.
Les autres bâtiments (Sud et Ouest) ont été remaniés et servent à un usage privé.
Pour de plus amples renseignements consulter les "Cahiers Grandmontains" n° 2.

voir le site du prieuré de Comberoumal

La salle capitulaire

Visite :


Ouvert tous les jours, avec un accès libre à l'église et à la salle capitulaire - Tarif à la discrétion du public.

plan accès

 

Histoire :
Cette celle fut fondée par les comtes de Rodez avant 1189. En 1193, Alphonse II, roi d’Aragon donna aux religieux, le ruisseau de Vézoubies, depuis sa source jusqu’à son embouchure sur le Tarn, avec les moulins qui y sont bâtis . Ce don fut confirmé par son successeur, Pierre d’Aragon, qui plaça Comberoumal sous sa sauvegarde en 1206. En 1225, les religieux reçurent en don le mas de Salsac, en amont de St-Beauzély. En 1289, les grandmontains se dessaisiront des moulins sur le Vézoubie en faveur des consuls de Millau, pour en acquérir plus proche de chez eux sur le ruisseau des Moulis et au Monteilla. En outre ils détenaient des vignes dans la vallée du Tarn (Millau, Candas) des troupeaux d’ovins, et faisaient exploiter les forêts proche de Comberoumal.
En 1285, 4 religieux y résident, et en 1317, Comberoumal fut unie à Saint-Michel-de-Lodève.
Comberoumal eut à souffrir au XVe siècle de déprédations des Routiers. C’est vers cette époque que le bien sera régulièrement affermé, avec l’obligation pour les tenanciers de faire célébrer la messe plusieurs fois dans l’année, généralement aux fêtes de l’Ordre.
En 1507, l’évêque de Rodez, François d’Estaing, vint visiter le monastère et prêcher dans l’église aux prêtres rassemblés. Ce fait semble étrange car l’Ordre de Grandmont relevait directement du Pape, et était très jaloux de son indépendance vis-à-vis des évêchés.
Elle fut réformée par le Père Charles Frémon au début XVIIe siècle avec le concours du prieur de St Michel-de-Lodève, Louis de Clermont du Bosc. Ce dernier releva les bâtiments, mais cela n’empêcha pas par la suite le déclin du monastère, et en 1668, lors de la visite pastorale de G. Voyer de Paulmy, Comberoumal est à l’abandon.
En 1737, le prieur se réserve le droit : “de faire abattre si bon lui semble les greniers et cave qui sont dans l’église, pour la bienséance d’icelle”.
En 1768 elle n’hébergeait plus que deux religieux, et l’église était dans un état :”d’indécence à ne pouvoir y faire aucun service ” .
Vendue comme bien national à la Révolution, elle fut achetée le 8 avril 1791 par Henri-Julien de Pegayrolles pour le prix de 39.000 livres, qui la conserva jusqu’en 1820, date à laquelle elle fut rachetée par la famille qui la possède actuellement. Comberoumal est inscrit à l’Inventaire supplémentaire depuis le 25 juin 1929.

Les photos de Comberoumal du père Jean Becquet (septembre 1979)

porte des fidèles
bâtiment ouest le dortoir
intérieur dortoir vue sud coucher soleil
vue bât. est
bâtiment Est mur nord église mur nord église
entrée à Comberoumal bâtiment ouest
bât. Ouest cheminée romane
bâtiment Ouest
salle des moines
cellier escalier du dortoir
bâtim ouest
dortoir  

Les miennes prises dix ans plus tard

webmestre : Michel FOUGERAT

retour pages Père J Becquet

retour vers les prieurés grandmontains

retour à la liste

retour page d'accueil